La pleine conscience

La pleine conscience est un état naturel ne nécessitant aucune croyance particulière.

Elle se cultive par un entrainement de l’esprit  qui consiste à porter délibérément notre attention sur ce que nous ressentons dans le moment présent au travers de nos 5 sens, de reconnaître nos pensées, nos émotions, sans rejet,  sans jugements, quelque soit notre expérience, qu’elle soit agréable désagréable ou neutre, et ce, instant après instant.

Cette façon d’être, profondément éclairante et porteuse de transformations, s’obtient par une pratique régulière de la méditation, cultivant notre présence à l’instant.

L’instant

Le secret est là, dans ce moment infime de l’instant, se trouve un espace gigantesque à conquérir , celui de sa liberté affranchie de l’emprise du mental . Pres de 60 000 pensées nous traversent chaque jour ; bon nombre nous sont essentielles,  pour organiser notre quotidien, pour orienter notre existence, mais d’autres, ressassent le passé, s’inquiètent du futur, ruminent sur le présent … pendant que la vie elle, loin de notre présence, s’écoule, égrenant instant après instant, le goût d’une réalité perdue quand elle n’est pas goûtée.

La pratique est un vrai entrainement de l’esprit: en cultivant l’instant, en répétant de façons régulières et assidues les différentes méditations, nous apprenons peu à peu à prendre toute la place du vivant qui s’y niche, en conscience, au travers de tous ses ressentis, sensations, perceptions, émotions et pensées.

La connaissance de soi

Se développe alors une ressource majeure, la connaissance de soi, sans filtre et sans rejet, éclairée par la bienveillance de notre intention. Nous rencontrons progressivement les pilotes automatiques du mental qui s’activent par réflexes, la farandole des pensées qui s’enchaînent, nos manières de vivre les difficultés, la maladie, le stress, la douleur, le temps qui passe, mais aussi tous ces cadeaux perçues par nos sens, toutes ces raisons de s’émerveiller quand on s’offre le temps de ressentir et de vivre non plus par le faire, mais par l’être.

Le choix

Au travers de cette ressource qui se lève, apparaît le choix d’alimenter tous nos schémas réactifs habituels ou d’explorer de nouvelles réponses plus ouvertes, plus posées, plus en rapport avec nos valeurs.

Et peu à peu, harmoniser notre rapport à nous même, à notre esprit, se libérer de son emprise tout en utilisant au mieux son potentiel fabuleux quand il nous sert.

Le changement

Par la liberté qui s’ouvre, décider, faire des choix plus en correspondance avec nos valeurs et accompagner les changements que la vie nous offre en permanence pour les orienter dans une direction qui nous ressemble vraiment.

Puis la paix, ce calme qui finalement se découvre à l’intérieur de nous, comme quelque chose de naturel déjà inscrit que nous redécouvrons, quand nous lui laissons le temps de s’épanouir.

Et, comme disait Gandhi « la seule façon d’apporter la paix au monde est d’apprendre soi-même à vivre en paix » Un espoir est la , pour nous, pour le monde, parce que la vie est forte et quand on se connecte à elle en nous, le champ de tous les possibles nous emportent dans sa danse joyeuse.